Chef de cabinet un emploi taillé sur mesure pour vous

Chef de cabinet… Un emploi taillé sur mesure pour vous?

Postes vacants, les 4 principaux logos politiques 2018 et fond image Assemblée Nationale Québec.
Chef de cabinet, postes vacants.

Vous souhaitez devenir chef de cabinet pour votre maire, un ministre, votre premier ministre provincial ou fédéral?

Pour en savoir plus sur les compétences requises pour ce poste, j’ai rencontré monsieur Mario Bertrand, chef de cabinet pendant 5 ans, soit de 1985 à 1990, pour l’honorable monsieur Robert Bourassa qui a été premier ministre du Québec à deux reprises, soit entre le 12 mai 1970 et le 25 novembre 1976, et entre le 12 décembre 1985 et le 11 janvier 1994.

Mario Bertrand
Mario Bertrand, chef de cabinet de Robert Bourassa.

Monsieur Bertrand nous explique que premièrement, on ne s’improvise pas chef de cabinet, on le devient par une longue proximité antérieure avec le chef de parti. En ce qui le concerne, il a eu la chance de rencontrer monsieur Bourassa en 1982, juste avant la course à la chefferie du Parti libéral du Québec. Il est par la suite devenu l’un des membres du premier cercle de collaborateurs impliqués dans le retour de monsieur Bourassa en politique en 1985.

« Monsieur Bourassa a aimé mon humour et mon franc parlé. »

Robert Bourassa
Premier ministre du Québec entre 1970 et 1976, puis entre 1985 et 1994.

Sans aucune expérience en politique, monsieur Bertrand a dû affronter la partisanerie des différentes chapelles du parti, pas nécessairement favorables à monsieur Bourassa lors de la course à la chefferie de 1983. Les chapelles étant des alliances régionales ou des alliances autour d’idées.

« Attendez-vous à de la compétition féroce avant d’occuper ce poste. J’ai eu un entraînement à la dure, mais j’ai atteint mon objectif, soit de contribuer du mieux que j’ai pu à la nomination de monsieur Bourassa comme chef du Parti libéral du Québec ». Cette aventure les a rapprochés, ils prenaient plaisir à manger ensemble. « Monsieur Bourassa a eu le temps de m’apprécier, de voir mes défauts. Dans le fond, le succès de notre équipe c’est la rencontre de deux solitudes ». Monsieur Bourassa et monsieur Bertrand étant deux solitaires.

Pour atteindre votre objectif de devenir chef de cabinet, dans le cas d’un premier ministre, vous devrez faire preuve de flexibilité, car chaque chef a des attentes différentes et des façons différentes de travailler. Mais avant tout, vous devrez être présent dans son entourage, apprendre à le connaître, à le deviner, mais également à vous faire connaître. Monsieur Bourassa cherchait une personne indépendante des vieux cercles libéraux, une personne n’appartenant à aucune chapelle.

Aux yeux de monsieur Bourassa, vous deviez vous intéresser aux contenus, vous deviez être quelqu’un qui lit beaucoup, qui a une culture générale, pas juste quelqu’un qui s’intéresse au parti et à la politique. Quelqu’un qui connait ses dossiers. « Il est impossible de créer une alliance avec son premier ministre artificiellement. C’est un investissement considérable de temps. »

Vous apprendrez vite qu’il n’y a pas assez d’une journée pour tout faire l’ouvrage. Vous devrez être capable de dire oui, mais également de dire non, parfois en étant cinglant tout en restant poli, chaque minute compte. Vous travaillerez avec des gens qui n’hésiteront pas à jouer du coude pour prendre leur place.

Retenez que votre collaboration avec le chef est primordiale et surtout votre écoute. Le premier ministre jouant le rôle de président et chef de la direction et vous, le chef des opérations.

Vous devrez être autonome. Que vous soyez une femme ou un homme, vous apprendrez, peut-être à la dure, que la compétition entre les individus est beaucoup plus féroce en politique.

Un chef de cabinet peut avoir des adjoints qui l’assisteront dans les affaires politiques et partisanes, les communications, les contenus, les relations avec les députés, la correspondance, etc.

Une fois les tâches bien distribuées, le chef de cabinet devient le premier conseiller du premier ministre. Avant Internet, monsieur Bourassa et monsieur Bertrand recevaient les journaux dans la nuit, échangeaient tôt le matin sur les décisions à prendre et aux actions à poser en fonction de l’actualité, puis se reparlaient avant de se coucher… De plus, presque chaque soir de semaine, les deux hommes soupaient ensemble.

En terminant, vous aurez compris que pour réussir comme chef de cabinet pour votre maire, un ministre, votre premier ministre provincial ou fédéral, vous devrez investir considérablement de temps…

Texte signé Allen Vallières pour Les productions du garde-robe.

Entrevue réalisée en mai 2018 avec monsieur Mario Bertrand, chef de cabinet de l’honorable monsieur Robert Bourassa de 1985 à 1990.

Robert Bourassa, 14 juillet 1933 – 2 octobre 1996